Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/06/2007

Une belge innove dans le monde de l’art

58428e13f232e7ddb29b9b920c3f954e.jpg

C'est vraiment tout nouveau, du jamais vu et c'est une belge.
L'exposition se passe à Bruxelles. On en parle dans la presse à Liège, cela serait super si on en parlait plus loin.

f73514cb2f7a74f260606b89f00dfaf5.jpg
Après Liège et Paris, Myriam Falisse, qui a développé une nouvelle technique de travail sur toile, vient nous présenter à Bruxelles pour la première fois ses œuvres.
6706a24c8def12f918bb0255e1819e39.jpg
Myriam Falisse crée du relief sur la toile en apposant plusieurs couches de pâte à base d’acrylique, jour après jour. Le motif apparaît : corps de femme, visage stylisé… Tout est pureté, sérénité et harmonie. Sur la toile, un simple rayon de lumière et l’ombre se dessine.
76eea287b090ea1d4dcd94dfd71d3dd0.jpg

Exposition du 1 au 27 juin, ouvert du lundi au samedi de 11h à 19h. ( Possibilité de prolongation)

Espace « La belle et la Bête » 73, rue Antoine Dansaert à 1000 Bruxelles.

http://www.falisse.info   renseignement : 0477-649927- myriamfalisse@hotmail.com

MYRIAM FALISSE

Une technique innovante et personnelle. Myriam Falisse, jeune liégeoise, expose ses oeuvres dans sa ville natale. Son oeuvre explore une nouvelle technique picturale pour transcender l'âme humaine. Visite obligée...

Son travail est fortement marqué par sa quête d'harmonie et de paix intérieure. Cette jeune femme exigeante, perfectionniste, donne les signes tangibles d'une future grande figure.

Sa démarche s'apparente tant à une recherche philosophique que visuelle et trouve ses racines dans l'ambiance familiale qui a baigné son enfance. Une mère coréenne et un père "aventurier de l'humanitaire" lui ont très jeune ouvert les yeux sur la culture asiatique, ses particularités ancestrales et ses bienfaits spirituels. Elle nous offre ses toiles comme autant de bouffées d'oxygène et de sérénité.

Ses toiles sont toutes empreintes d'une réelle sagesse où souvent le blanc domine. Elle va ainsi travailler la pâte au couteau, réduisant sa palette chromatique à l'essentiel pour renforcer l'effet visuel.

Notre oeil ne s'arrête pas aux méandres sculptés donnés à sa pâte, il plonge de façon incisive au plus profond de ses toiles, laissées vierges de tout autre artifice. La toile devient matière propre, matière d'où se dégagent en un léger relief, poissons suspendus, visages impassibles, corps humains morcelés tout à coup sensuels ou bien encore dégageant une belle sérénité.

Son style inclassable, surprenant, soucieux du moindre détail, préfère la simplicité à l'exubérance et nous offre cependant un fameux coup de fraîcheur... à consommer sans modération!!!

Anne Lucie Librecht

C'est la simplicité même sans être l'enfance de l'art. Sur une matière monochrome - qui aujourd'hui encore privilégie le blanc - l'artiste dessine en posant, dans un certain ordre assemblé, un cordelet de pâte qui, en relief, inscrit des figures. Elles tiennent à la fois du totem, de la caricature souriante et de l'art brut qu'aimait Dubuffet.

Pas de drame et s'il y a un message il est discret, intérieur car la femme artiste qui a, par sa mère, des origines asiatiques cultive son jardin zen en toute quiétude apparente, informée mais pas déformée par les modes dont chacun sait que pour la plupart elles passent et trépassent. Sur tout cela donc, un sourire, l'art de ne pas se prendre au sérieux. Parfois, sur des plages blanches, de petites figurines très coloriées sont accrochées animant ainsi l'espace.

J'aime que la recherche de la pureté ne se fasse pas dans la douleur, qu'on me donne à rêver et qu'on me laisse libre, à partir de ces oeuvres, de me raconter, pour moi seul, mes petites histoires.

Jacques Parisse
Critique d'art à la RTB (Radio Télévision Belge)

Les commentaires sont fermés.